Nous y sommes messieurs. Dans quelques jours, c’est Noël et une semaine après, viendra le réveillon.

Le tout accompagné de bûches glacées et de discussions qui peuvent s’éterniser.

Mais cette année, il y a fort à parier que vous allez tirer votre épingle du jeu.

Cette année, vous êtes la star de la soirée, le maître des discussions, celui vers qui toutes les oreilles seront tournées. Car oui, cette année nous vous livrons non pas une ni deux, mais bien cinq anecdotes à savoir, pour briller pendant les repas de fin d’année.

 

1/ Les origines du Père Noël

 

Commençons par le début. Ce bon vieux Père Noël tire ses origines de Saint Nicolas. Saint qui est encore largement fêté le 6 décembre dans certains pays de l’Est comme la Russie, mais aussi chez nous en Alsace-Lorraine notamment.

Saint Nicolas ramenait des cadeaux aux enfants qui avaient été sages et le Père Fouettard du charbon aux méchants. Ce n’est qu’en 1821 que le poète Américain Clément Moore écrivit un poème où un homme barbu distribuait des cadeaux aux enfants du monde entier en voyageant sur un traîneau tiré par des rennes. Et le Père Noël naquit…

 

2/ Autrefois, les boules de Noël étaient des pommes

 

En Alsace au XVIème siècle, les habitants décoraient leurs arbres de Noël de fleurs, de pommes et de bonbons. Mais en 1858, la récolte de pommes fut catastrophique. Pour les remplacer, un souffleur de verre eu la bonne idée de créer des boules rouges en verre.

 

3/ Jésus n’est pas né le 25 décembre

 

Ah bon ?! On nous aurait menti ?

En réalité, il est difficile d’estimer la naissance du Christ. Même si les historiens la situeraient plutôt au printemps. C’est au IVème siècle que la date de la nativité fut fixée au 25 décembre par le Pape Jules Ier. Cette date correspondant aux rites Romains des Saturnales – les fêtes Romaines célébrées à cette époque de l’année.

 

4/ Pourquoi on s’embrasse sous le gui ?

 

C’est vrai ça, pourquoi ? Hormis le fait que ça soit une bonne excuse pour nous messieurs de voler un baiser à la personne qui nous a fait flasher, le gui a une véritable histoire.

Tout commence à l’époque des Gaulois. En ces temps, la plante était très prisée des druides pour ses vertus médicinales et ses propriétés magiques… Houu tout un programme !

La plante est donc devenue sacrée et c’était signe de chance d’en avoir chez soi.

Les druides en distribuaient alors aux villageois en début d’année pour leur porter chance pour l’année à venir. Et chacun invitait les personnes bien aimées à venir chez soi, en les recevant sous le gui pour faire fuir le mauvais œil.

 

5/ « Noël au balcon, Pâques au tison. » Vraiment ?

 

Si vous ne connaissiez pas l’expression, ça fait déjà une chose de plus à raconter ! Le vieil adage voudrait que lorsque le temps est doux en fin d’année et que l’on peut passer « Noël au balcon », nous aurons un retour de bâton en mars avec une vague de froid qui nous fera passer « Pâques au tison ». Près du feu de cheminée quoi !

Mais sur les cinquante dernières années, le dicton n’a été vérifié que huit fois. Pas de quoi donc en faire une généralité.

Donc au prochain qui vous sortira ce dicton, répondez-lui par sa version plus directe : « Noël au balcon, enrhumé comme un c** » !